L’étiquette: à quoi çà sert et comment bien la choisir?

Le choix correct d’une étiquette est toujours précédé d’un diagnostic du problème qu’elle est censée résoudre. En effet, modifier les données inscrites, pouvoir les lire avec un autre appareil ou interdire toute modification ultérieure ne débouche pas sur les mêmes étiquettes.

Affronter les aléas climatiques

C’est l’étiquette quasiment basique. Sa seule particularité est qu’elle doit rester lisible par l’œil humain après avoir passé une semaine sous la pluie. Dans ce cas, c’est plus l’étanchéité qui sera améliorée. Il est possible d’avoir une étiquette déformable qui restera collée et se déformera en même temps que l’enveloppe sur laquelle elle est fixée. C’est la descendante de la bonne vieille étiquette sur laquelle vous écriviez au stylo ou au marqueur et que vous recouvriez parfois d’un adhésif transparent.

Affronter les assauts d’humains

Parfois, l’étiquette a pour but de sécuriser un stock. Cette protection peut être visible, pour trouver votre étiquette professionnelle, consultez les sites spécialisés. Elle prendra la forme d’un rectangle en couleur imprimé sur des matériaux synthétiques ou sur du métal. Ainsi, tous les employés la verront… les éventuels malfrats aussi ! Pour plus de discrétion, il est possible de faire des étiquettes sombres, voire totalement noires. Ainsi, les biens sont marqués discrètement.

Nommer avant ou après ?

La capacité à modifier des informations écrites sur l’étiquette est un autre critère de choix. Grâce à un ordinateur il est possible d’ajouter ou de totalement changer les informations sur l’étiquette. Elles sont très utiles sur les biens stockés en attendant leur transformation partielle. Ils peuvent conserver une traçabilité tout en acquérant de nouvelles propriétés une fois leur fabrication est finalisée. Elles peuvent par exemple recouvrir un dossier juridique. Parfois c’est l’inverse, le but est d’empêcher que les informations puissent être changées. Dans ce dernier cas, toute modification entraîne obligatoirement le retrait de la première étiquette ou sa désactivation et la pose d’une nouvelle étiquette.

Written By
More from Thomas Surchet

Quand la gestion administrative s’externalise

Les papiers, les factures qui s'empilent au bout du bureau, quand on...
Read More